Un léger contretemps - Sheryl Caswell

Mon blogue

Un léger contretemps

Un léger contretemps - Sheryl Caswell

Je cherchais une activité originale pour que mes deux neveux de six et huit ans ne s’ennuient pas quand ils viendraient me voir, le temps d’un weekend. J’avais prévu quelques sorties, mais je savais que, dès que nous serions revenus dans mon appartement, ils tourneraient en rond comme des lions en cage. Je m’étais muni de deux grands cartons après avoir effectué quelques recherches sur Internet. Ils serviraient à confectionner des châteaux que mes neveux peindraient. J’avais pris, dans un magasin de jouets, des figurines de dragons, de chevaliers et de magiciens pour qu’ils puissent inventer des histoires avec leurs châteaux ; un site, dédié à l’animation pour les enfants, fournissait des fiches sur la période du moyen-âge. Je leur lirais les différents articles qui traitaient de ce sujet avec humour. L’essentiel de ce qui devait être connu sur cette période était synthétisé habilement et des jeux complétaient les informations apprises dans les textes.

J’avais pioché d’autres idées sur ce site. Des modèles de couronnes à imprimer les occuperaient le temps qu’ils les découpent et qu’ils les colorient. Des autocollants en relief, imitant des pierres précieuses, seraient le petit plus qui les amuserait. J’avais vu une annonce dans un magazine pour une boutique qui possédait du matériel pour les activités artistiques. Ils ont beaucoup d’articles de personnalisation d’objets, de décorations à peindre et de cartes à gratter. La dernière fois que mes neveux étaient venus, j’avais pris une mallette de chimiste pour le plus grand, et un ensemble de jeu de construction en bois pour le plus jeune. Ils avaient grandi et les activités devaient, elles aussi, évoluer.

Entre une publicité pour une entreprise spécialiste du débouchage drain, et un article consacré aux insectes, je vis qu’un nouveau film d’animation venait de sortir au cinéma. Je cherchais des avis sur ce long-métrage qui parlait d’un château hanté transformé en hôtel. Des séances se déroulaient dans un cinéma proche de chez moi. Je n’hésitais pas, et je pris trois places. Une sortie pour voir un film sur grand écran ne pouvait que s’accompagner d’un bon repas au restaurant. J’avais tout prévu pour le séjour de mes neveux. Mon téléphone sonna. Ma sœur était désolée, mais elle ne viendrait que la semaine suivante pour me déposer les enfants, car ils étaient malades. Pour une fois que je m’étais bien organisé, je devais tout reporter. J’attendis leur venue avec encore plus d’impatience.