Les yeux pleins d'envie ! - Sheryl Caswell

Mon blogue

Les yeux pleins d'envie !

Les yeux pleins d'envie ! - Sheryl Caswell

Lors d'un récent voyage en Afrique du Sud, j'ai fais la connaissance d'une fillette extraordinaire. Aujourd'hui, j'ai décidé de vous en parler. Elle s’appelle Séna. Séna est une petite fille de huit ans, aux yeux malicieux. Elle est née au Bénin, dans un petit village d’Abomey. Sa mère, femme au foyer, n’ayant jamais été à l’école, s’occupe de ses cinq enfants. Son père, quant à lui, travaille pour une entreprise de decontamination moisissures.

Cependant, ce dernier a du mal à gérer son foyer. Son loisir favori consiste à boire du sodabi, alcool local à base de sève de palme distillée. Dès le matin, il prend un verre de son élixir. Puis, trente minutes plus tard, un autre verre vient lui donner le courage d’aller travailler. À son retour à midi, avant de manger, le rituel reprend. Un petit verre, pour ouvrir l’appétit ! Puis, un autre pour la digestion. L’après-midi est consacré à sa sieste.

Séna ne va pas à l’école. Ses parents n’ont pas assez d’argent pour lui payer les frais de scolarité. De plus, étant une fille, son père pense qu’elle est plus utile à la maison, à aider sa mère dans les tâches ménagères. Séna apprend donc à préparer le repas, aller chercher de l’eau, s’occuper de ses frères et sœurs, dès son plus jeune âge. Séna ne dit rien. Elle fait de son mieux pour satisfaire ses parents, espérant obtenir en retour, un geste doux de leur part.

Parfois, elle oublie ses obligations, pour se lancer dans des jeux d’enfant… Dans ces moments d’innocence, si son père vient à boire un verre de trop, la tension monte. D’après-lui, Séna devient insolente… Elle oublie de mettre le sel dans le riz… Et là, il devient violent.

Plus Séna grandit, moins son père supporte sa présence dans la maison. Les scènes de violence augmentent. Sa mère, ne sachant que faire, propose un jour à son mari, de placer Séna chez sa sœur. En effet, cette dernière vient d’accoucher de son troisième enfant. Elle a besoin de quelqu’un pour l’aider dans les tâches quotidiennes.

Séna quitte donc, sa maman, son papa et ses frères et sœurs pour venir rejoindre sa tante dans le sud du pays.

Alors que je marchais dans les rues du village, je rencontre la belle Séna, avec son sourire plein d’innocence. J’observe cet enfant évoluant parmi les autres enfants.

Dès six heures du matin, elle part chercher l’eau au puit. Puis, elle lave les enfants devant aller à l’école. Mon cœur se serre, lorsque je surprends son regard perdu, vers ces enfants partant à l’école avec leur cartable sur le dos.

Mais Séna ne dit toujours rien. Elle remplie son rôle à merveille : préparation du repas, lessive, nettoyage de la maison. J’observe, essayant de comprendre la relation entre Séna et sa tante. J’essaie de déceler une marque quelconque d’affection. Mais rien. Séna doit juste remplir le rôle qui lui a été demandé.

Le soir, je retrouve les enfants afin de les aider à comprendre leurs leçons de la journée. Parfois, il arrive que Séna nous rejoigne d’un pas timide. Elle s’installe, un peu en retrait. Je lui demande si elle désire reproduire les lettres de l’alphabet sur un cahier. Le fait de tenir un stylo, l’impressionne. Mais un sentiment de fierté l’anime également. Elle s’essaie,  de façon maladroite. Les autres enfants se moquent d’elle, comme si elle n’avait pas sa place parmi nous. Je ressens ce rapport entre les enfants, avec violence. Sa tante l’appelle. L’heure de préparer le repas est venue.  Alors, Séna retourne à ses obligations.

Séna est une femme de ménage, à la mode béninoise. Même si le travail des enfants est interdit, ici, c’est une pratique courante, voir naturelle.

Que deviendra Séna, avec son large sourire et ses yeux pleins d’envie ?

Je n’oublierai jamais oublié cet enfant !