Les travailleurs indépendants et les autres - Sheryl Caswell

Mon blogue

Les travailleurs indépendants et les autres

Les travailleurs indépendants et les autres - Sheryl Caswell

Puisque je viens de réussir mon dernier examen, section finances industrielles, commerciales et artisanales, j’ai décidé de prospecter les quelques branches susceptibles de me permettre de trouver un emploi qui correspondent à mes souhaits. C’est la première fois que je recherche du travail. Tous ceux qui passent par cette étape dans leur vie, racontent que ce n’est pas très facile, mais moi, je suis très enthousiaste !

Après avoir mûrement réfléchi, ma préférence me conduit vraiment vers l’artisanat. Je présume que c’est la branche qui me confierait le plus de responsabilités. Mais j’avoue que souvent, je me demande si c’est réellement un bon choix pour démarrer dans la vie active.

Par souci d’économie, ce sont parfois les artisans eux-mêmes qui se forment à l’École des Métiers, afin de pouvoir tenir une comptabilité basique, et assumer les diverses déclarations obligatoires : déclaration fiscale, déclaration de chiffre d’affaires, récapitulations annuelles et autres…

Dans l’artisanat, très fréquemment les comptables gèrent plusieurs entreprises, une seule ne pourrait suffire à assumer un travail à plein temps et des revenus convenables. Si un jour, je parviens à devenir indépendante, je choisirai certainement de travailler avec un comptable. Je ne me sens pas capable d’assumer cette tâche, même en suivant une formation. Il me semble que c’est un métier à part entière et avoir un professionnel qui gère la comptabilité c’est rassurant. Il peut aussi envisager des perspectives d’évolution à court et moyen terme dont seule je n’aurais pas connaissance. Finalement, le comptable est à la fois le conseiller et le planificateur financier. Suivre ses directives et suggestions, me permettrait de me concentrer pleinement sur mon travail. Dans mon domaine, je dois suivre les évolutions de marchés de manière très rigoureuse, tout comme celles de la clientèle et de la tendance économique.

Ma sœur me suggérait de me référer au conseiller financier, mais il me semble qu’il est d’abord orienté vers le côté fiscal de l’entreprise. Il est là aussi pour aider l’artisan dans ses choix de développement, et l’aiguiller dans ses possibilités financières. Cependant, le nombre important de clients qu’il doit suivre ne doit pas jouer en faveur du petit artisan qui s’installe. Je sais bien que l’employé de banque est lui-même soumis à une certaine obligation de rentabilité.

Face à tant d’inconnues, je me suis, pour le moment, décidée à passer des entretiens, et si je décrochais un poste, je tenterais certainement l’expérience avant de me lancer en tant que travailleur indépendant.