Le jour où j'ai investi dans un bistro - Sheryl Caswell

Mon blogue

Le jour où j'ai investi dans un bistro

Le jour où j'ai investi dans un bistro - Sheryl Caswell

Un jour, une amie et moi, étions sortis ensemble pour effectuer des courses. Après les divers achats, nous étions entrées dans un bistro pour prendre un rafraîchissement. Des clients ne cessaient d’entrer et sortir. Pendant les quelques instants où nous sommes restées là, l’idée nous est venue en tête : pourquoi n’exerçons-nous pas une telle activité ? Nous serions nos propres patrons. Nous avons, à première vue, calculé la rentabilité de ce bistro. Emballées par la vision, nous avons pris la décision de monter le projet.

Les démarches que nous avions suivies

Nous nous sommes renseignées auprès des personnes de connaissance évoluant dans le domaine. Elles nous ont fait comprendre d’une part, les différentes cibles à prendre en compte, le lieu d’installation, les fournisseurs des produits. D’autre part, il fallait considérer les questions de mobiliers et beaucoup d’autres enjeux. Dès que la récolte des données était consistante, nous nous sommes penchées sur l’établissement de notre projet. Nous sommes convaincues qu’il s’agit d’un business profitable et judicieux. Nous avons soumis notre plan d'action auprès d’un expert-comptable pour une étude plus approfondie : analysé et budgétisé. Toutes les démarches ont été minutieusement suivies dans le but d'obtenir une hypothèque privée. Notre objectif est d’avoir un bistro à succès.

En attendant les résultats des agences immobilières contactées et celui de l’expert-comptable, mon amie a suivi une formation intensive en restauration. Et moi, je me penchais dans l’étude de marketing et gestion d’entreprise. Comme ma sœur a étudié dans un Institut National de Tourisme et Hôtellerie, elle était prête à nous aider pour assurer sur le côté menu et la qualité du service. Après un peu moins d’une année de préparation, la banque nous a accordé un prêt avec un intérêt qui nous convient selon notre expert-comptable en plus de nos apports financiers. L’emplacement de notre bistro répond bien à notre cible. Un chef cuisinier avec son assistant, trois   serveurs, dont une autre bénévole, et une femme pour le nettoyage et l’entretien du local font partie de notre personnel.

Et c’est ouvert !

Le jour de l’inauguration, des invitations pour une dégustation gratuite ont été lancées. Une femme, anciennement propriétaire d'une salle de réception, s’est occupée de l’ensemble du décor de la salle, et la liste des tarifs des menus et boissons disposés sur chaque table. C’est lors de l’ouverture du bistro que je me suis dit que de telles activités se planifient, mais ne s’improvisent pas. J'étais bien contente de notre entreprise. Nous n'avons rien lâché. Le maintien de la fidélité des clients relève de plusieurs facteurs à approfondir. Là-dessus, nous, les gérants, devons trouver sans relâche des idées dans le but de suggérer de nouvelles créations aux clients.