Je serai là pour toi - Sheryl Caswell

Mon blogue

Je serai là pour toi

Je serai là pour toi - Sheryl Caswell

Je pense que je viens de me rendre compte à l’instant que ma sœur, Alice, m’a vraiment irrité ces derniers temps. Elle passait son temps à se lamenter, comme quoi sa vie n’était qu’un échec, qu’elle n’allait jamais rien faire de bien sur cette terre, et qu’elle était destinée à rester affalée sur ce canapé pour le restant de ses jours, à regarder une série télévisée en boucle à la télé, un pot de glace à la vanille à la main. Qu’est-ce que c’est triste. De la glace à la vanille. Avec tous les choix de parfums que nous avons à l’heure où je vous parle, c’est-à-dire le XXIème siècle, qui a envie de manger de la glace à la vanille toute simple ? Aucune originalité. Il fallait que je trouve une solution à ce problème. Je n’allais pas supporter de la voir une seconde de plus allongée sur ce canapé. Le chômage ne lui réussissait vraiment pas. Enfin me direz-vous, à qui réussit-il ?

J’ai donc pris les choses en main et je l’ai invité à souper, un soir, au restaurant, en compagnie de mon meilleur ami Marc. J’avais tout prévu. Marc devait lui proposer un job dans l’entreprise pour laquelle il travaille. En effet, ses patrons, deux Mexicains, ont créé une entreprise à Mexico, qui dispose d’une filiale à Montréal. Cette entreprise opère dans le domaine de l’équipement ménager, et travaille en étroite collaboration avec un groupe suédois qui vend des produits de puériculture, et, en parallèle, développe des applications pour smartphones. Quel lien entre l’équipement ménager, la puériculture et les smartphones ? Aucun, à première vue. Mais ces deux entreprises collaborent sur un projet commun. Un logiciel qui devrait permettre à toute personne qui recherche une résidences pour personnes âgées, dans le style de la résidence soleil laval que tout le monde connaît. Cela permettrait de rentrer facilement en contact avec celle-ci grâce à un système de géolocalisation. Une seule chose manque aux Mexicains toutefois : un développeur. C’est là qu’Alice était censée entrer en jeu. Fraichement diplômée de l’université catholique de Lisbonne, son doctorat d’ingénieur en poche, Alice représentait la personne idéale pour ce poste.

Bien que cela me fasse du mal de l’admettre, Alice est bourrée de qualités et de talents. C’est pour cela que je n’ai pas hésité une seule seconde à la recommander à Marc. La rencontre s’est plutôt bien passé, tous les deux ont bien accroché, Alice a obtenu le job à l’issue du rendez-vous. Ça lui aurait écorché la langue de me dire merci ?